Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chronique du dernier album de Millencolin : S.O.S

Pour les gens qui étaient encore lycéens ou étudiants dans les années 90, et amateurs de sports à roulettes en tous genres, Millencolin a une saveur particulière.

Je revois encore mon pote Juju débarquer dans ma chambre d'ado maculée de posters faisant flirter Metal, Hardcore et Punk, avec sa compil Cheap Shots qu'il avait dégoté dans le bar de son père. La bombe en question regroupait tout un wagon de groupes Punk Hardcore suédois, avec entre autres Raised Fist, Satanic Surfers, Refused, et bien sur Millencolin.

Le groupe débarquait dans ma vie d'ado jamais satisfait avec un style très orienté Ska Punk, et ça m'a de suite branché, filé la banane, l'envie de jumper.

Si les 3 premiers albums se veulent dans cette veine orientée Ska Punk, le 4è opus sorti en 2000 nous vaudra un petit virage dans la vie du groupe en se délestant de cette mouvance Ska, se concentrant plus sur un univers Punk Rock, toujours très efficace, et l'envie de rider avec son Skate, ses Rollers, ou autres BMX.

Aujourd'hui, nous sommes en 2019 et nos 4 gaillards scandinaves nous reviennent avec quelques années de plus dans les genoux (rigolez pas ça vient plus vite qu'on ne l'imagine) et un nouvel album intitulé S.O.S.

On y retrouve tous les ingrédients qui ont fait le succès de Millencolin : de l'énergie, de la banane, du Rock, du Punk, du Skaaaaaaaaaate ......

De suite on est foutu dans le bain avec le titre éponyme S.O.S qui nous démarre avec une chorale d'enfants et cette énergie inchangée.

Alors évidemment, on n'est pas surpris. On ne va pas trouver la rythmique syncopée sur des demi temps à la manière d'un Jinjer hein, on n'est pas venu chercher ça. Nan, on vient prendre son bol de légereté tout en secouant la tête comme un ado en fin de crise de "Mmmmmmmmmmman ............. quand est ce qu'on maaaaaaaaaaaaaaaange ?"

Et les 12 titres s'enchainent plutôt vite avec à la volée un très bon "Sour Days" qui nous fait figure de tube avec un relent de Green Day. Un sympathique "Do You Want War" qui fleure bon le punk qu'on veut s'enfiler au p'tit dej avant d'en découdre avec le monde de dehooooooors.

Alors vous l'aurez compris, cet album c'est un peu comme un retour en adolescence. On y prend du plaisir, c'est du Millencolin, c'est ce qu'on est venu chercher, et moi je vous quitte en Noisegrind sur ma rampe d'escalier.

 

Ozenof