Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chronique nouvel album de MORK « Det Svarte Juv »

Quel plaisir de pouvoir chroniquer le dernier opus de MORK : One man band de Black Metal norvégien créé en 2004. Même si maintenant Thomas créateur du groupe possède une bande de zicos qui l’accompagnent sur scène, pour la création, il est l’unique protagoniste. En 2017 il nous avait sorti un album monumental, ici pas question de trouver du Black sympho teinté de clavier et de grandes envolées lyriques, non ici c’est du pur Black à l’ancienne, tout y est le son, la voix, les riffs, le côté sombre et malsain de la vieille époque. Cette nouvelle galette va-t-elle confirmer ou dépasser la précédente?

 

Le premier titre « Mcrkeleggelse » qui durera un peu plus de 5 minutes plante le décor, après une intro des plus simples, c’est parti pour une déferlante de décibels, la voix de Thomas est parfaite, elle amplifie le côté malsain de cet album.

 

Le second morceau « Da Himmelen Falt » après 50 secondes les guitares s’arrêtent, seule la batterie est présente pour accompagner la voix de Thomas, la encore le morceau va durer 5 mn quel pied ! J’ai l’impression d’écouter mes premiers albums de black.

 

Voici venir « Pa Tvers Av Tidene » :  un bon middle tempo qui passe terriblement bien, a 2mn04 arrivent des chœurs d’église qui ne dénotent pas une seconde avec le reste, le tout est parfaitement exploité et rajoute à l’ambiance malsaine qui se dégage de l’album.

 

Le 4 ème titre « Den Utstctte » est une véritable réussite avec ce riff qui se plante dans votre crâne sans jamais le quitter.

« I Flammens Favn » est un titre violent et efficace, les changements de tempo sont parfaits.

 

Les morceaux s’enchainent sans laisser le temps à l’auditeur de se lasser, le 10 ème et dernier titre « Det Svarte Juv » qui est aussi le titre de l’album clos admirablement bien cet opus.

 

MORK s’impose comme une référence pour les fans de Black metal old school, c’est malsain, ça pue la pourriture à des kilomètres et c’est bon, des riffs monstrueux, des blasts d’une justesse à toutes épreuves.  « Det Svarte Juv » est aussi bon que l’album précédent, une perle pour tout amateur de Pur Black.

 

Tonton Vlad