Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Live Report NO ONE IS INNOCENT + AqME + GRIMSKUNK : Toulouse - Le Metronum 13/03/2019

La soirée au Metronum s'annonçait très particulière. En effet, c'était l'occasion pour les No One de démarrer leur tournée nationale, peu de temps après y avoir tourné leur dernier clip "A La Gloire Du Marché" qui sortira prochainement. Mais c'est aussi le moment qu'ont choisi la bande d'Aqme pour entamer leur tournée d'adieu, 20 ans après avoir démarré les hostilités dans le merveilleux monde du Metal Français Madaaaaame.

En première partie, nous avons l'honneur d'accueillir les canadiens de Grimskunk, qui ma foi à part de nom je ne connaissais pas, et j'vous assure que ce n'est pas pour me déplaire que de découvrir ce mélange Punk, tantôt Ska, tantôt Psyché. Alors les québécois ont de la bouteille, tant la foule ne se masse pas sur le devant de la scène, très rapidement leur expérience des planches et leur énergie attisent rapidement la curiosité. En effet les types tournent depuis le début des années 80, et me lâcheront plus tard qu'ils ont concocté un set spécial ouverture de No One, d'où l'énergie débordante. A la volée, ils nous joueront quelques titres de leur excellent dernier album UNREASON IN THE AGE OF MADNESS sorti au dernier Printemps (comme me l'a si bien dit Benoît, le batteur du groupe) avec le très dynamique Let's Start A War (impossible de pas remuer son p'tit boule la dessus), Gimme Some Revolution, Les Insoumis, The Right To Bear Harm. Une bien belle surprise pour moi qui m'a valu d'avoir la curiosité d'écouter ce fameux dernier album, que je vous l'avoue, j'écoute en boucle depuis. J'ai désormais toute une discographie à découvrir.

 

Grimskunk Live à Montréal Décembre 2018

Nous viennent ensuite les parisiens d'AqME. On voit de suite que beaucoup de monde s'est déplacé pour les voir pour leur ultime show Toulousain tant les fans envahissent le devant de la scène.

Alors si je ne suis pas le type le plus adéquat pour vous parler d'AqME de par le fait que musicalement la scène Néo Metal française de la fin des années 90 début 2000 n'était franchement pas ma came. Force est de constater leur professionnalisme et leur capacité à fédérer toute une salle. En effet, ça jump dans tous les sens, les fans chantent les paroles à tue tête, ce qui vaudra une relation très proche entre le public et Vincent qui se videra littéralement les tripes sur scène. On voit clairement que les types sont très proches, plaisantent, se chambrent et prennent un panard à dérouler un set de tubes, et l'occasion de nous faire découvrir "Entre Les Mains", titre de leur tout dernier album.

Etienne nous gratifiera d'un solo de batterie, sa manière à lui de nous dire au revoir, et bien sur les parisiens nous proposeront un petit Wall Of Death des familles (désolé petit, je ne te voulais aucun mal).

Donc pour un groupe qui n'était pas ma tasse de thé, je vous assure que j'ai pris un réel plaisir à les voir, et si vous êtes fans d'AqME, courrez vite les voir ça ne durera plus longtemps, et vous ne serez pas déçus du voyage.

Sans plus attendre, les No One vont enfin pouvoir prendre possession de la scène. Kemar déboule sur scène tel un diable de Tasmanie rechargé à bloc, et les gars nous entament "A La Gloire Du Marché", titre du dernier album "Frankenstein". Alors rappelez vous un peu plus haut, je vous racontais que le groupe était présent à Toulouse il y'a quelques temps pour y tourner son dernier clip (Le morceau traite du monde de la finance et son côté ésotérique quasi religieux) et a eu besoin de la participation d'un bon nombre de figurants, et ceux ci ont déboulé sur scène habillés en costard en plein milieu du morceau pour accompagner les No One. Un sacré moment de convivialité était installé, et surtout une énergie incroyable s'est dégagée. Et du coup, pour avoir fait partie de ces figurants, le concert avait une saveur tout à fait particulière pour moi et l'ensemble de mes camarades de tournage.

Derrière le combo déroule, et je vous avoue que j'y perds un peu le fil, tant je suis pris dans l'ambiance et l'émotion, mais les gars nous enchainent "Silencio", "Kids Are On The Run", "Ali (King Of The Ring)". Bien évidemment le public est totalement déchainé et conquis. Le Metronum chante à tue tête et à l'unisson chaque parole déversée par Kemar. On sent bien que les gars s'éclatent sur scène et nous font totalement abstraction de leurs angoisses du "1er de la tournée".

A suivre, on nous renvoie en plein milieu des années 90 avec l'excellent "Nomenklatura" tiré de l'album "Utopia", qui pour ma part regorge de pépites et faisant entrer le groupe dans l'univers des samples, avant de nous balancer Djihad Propaganda et bien sur l'incontournable "La Peau". Celui ci renvoie le public dans une frénésie générale, ça saute, ça pogote et tout l'monde prends un pied magistral.

Shanka prendra ensuite les rennes du show en nous proposant un solo à la mesure du spectacle en nous faisant chanter ses choeurs qu'il déverse dans son vocoder. Le type maitrise à la perfection ses effets qui nous rappelleront sans hésiter Tom Morello. Et vous m'avez vu venir ? Non ? Eh ben c'est à ce moment que les No One nous reprennent "Bullet In The Head" de Rage Against The Machine bien sur, et c'est encore un succès général tant le morceau est superbement repris.

On se verra proposer également les excellents "Chile" ( Kemar nous surprendra même à nous rejoindre dans la fosse) et "20 Ans" entrecoupés par "Drugs" qui nous gratifiera le groupe d'inviter sur scène l'ensemble des spectateurs. De nouveau, c'est un moment de fête, de partage, de plaisir et de communion avec les No One.

Le show se clôturera par un rappel de 3 titres : "Frankenstein", "Charlie" et le très dynamique "What The Fuck".

Tout l'monde a bien pris sa claque, ça envoie, ça tabasse et ça donne un putain de smile. Les types n'ont pas changé d'un iota, c'est toujours très engagé, énergique et sincère.

Je finirais juste par une note personnelle, tant ce concert était particulier humainement pour moi, donc un immense merci à Kemar, Poppy, Shanka, Bertrand et Gaël pour leur générosité sans faille, et bien évidemment une immense pensée pour mes camarades de tournage uniques en leur genre !!!!

 

Ozenof