Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par PAPABORDG.

CHRONIQUE DE KXM CIRCLE OF DOLLS : L’ESSENCE MEME DU POWER TRIO.

La mode actuelle (FRONTIERS RECORDS en est le premier vivier) est au super projet associant des musiciens renommés, respectés dont le talent ne peut être mis en cause. Mais parmi ceux-là, certains se distinguent plus brillamment car étant plus souvent dû à la réunion volontaire et circonstancielle de grandes pointures se connaissant parfaitement, associant la passion qui les unis: la musique. Et justement, si il y a un super groupe dont on doit s’attacher absolument aux sons, c’est bien ce formidable trio apocalyptique qu’est KXM. Le side-project du début est devenu une entité à part entière, prenant à chaque fois une ampleur plus conséquente à chacune de ses nouvelles sorties. Avec déjà deux superbes albums dont le dernier SCATTERBRAIN paru en 2017, KXM fait étalage de toute sa grande classe, de sa finesse de jeu et de la grande diversité de ses morceaux. Composé de musiciens ahurissants à la technique extraordinaire mais toujours portés par la chanson qui marque, le refrain qui tue, à son service par un groove dévastateur et au feeling débordant. Proposant ce qui fit la gloire des années 90, mais bien plus encore. DOUG PINNICK (KING’S, chant/basse), RAY LUZIER (KORN, batterie), GORGE LYNCH (DOKKEN, LYNCH MOB, ULTRAPHONIX, THE END OF MACHINE, guitares), nous proposent donc déjà un nouveau skeud CIRCLE OF DOLLS, une troisième œuvre distillant les mêmes qualités que ses prédécesseurs avec la même force, la même conviction, mais certainement en plus dense, massif et puissant qu’auparavant.

CHRONIQUE DE KXM CIRCLE OF DOLLS : L’ESSENCE MEME DU POWER TRIO.

Treize titres éclectiques, passionnants, pour plus d’une heure de musique (63 minutes) bénéficiant cette fois-ci d’une production un peu plus moderne permettant à KXM de s’entourer d’un mur de son considérable. L’enregistrement ainsi que la production est toujours l’oeuvre de CHRIS « wizzard » COLLIER. La polyvalence de LUZIER, le toucher de LYNCH, et la maîtrise de PINNICK nous embarque à chaque fois et toujours avec cette légèreté, ce sentiment d’improvisation maîtrisé sur des mélodies entêtantes et recherchées. D’une grande richesse, très varié, KXM nous éblouis par le riff assassin du sculptural « mind swamp » semblant être complètement désarticulé, fruit du funambule GORGE LYNCH. Impressionne sur la lourdeur de l’imposant rock qu’est « War of words ». Subjugue avec le progressif et ambiancé « lightning » rappelant les grandes heures de EMPIRE du géantissime américain QUEENSRYCHE (1990). Percussions planantes et refrain complètement envoûtant. Magnifique titre de ce non moins superbe CIRCLE OF DOLLS. Mais KXM sait se faire plus désinvolte, tubesque presque fm comme sur les lumineux « twice », et « time flies » à l’introduction aux sonorités très 60's. LYNCH nous y gratifie d’un solo juste monstrueux (tout comme sur « wide awake »). Hyper technique mais tellement fin et harmonieux. On retrouve dans « big as the sun » toute la panoplie du jeu délivré par KXM. L’enchevêtrement parfait entre les tensions tribales, les refrains aériens et les accents funky sur les couplets.

CHRONIQUE DE KXM CIRCLE OF DOLLS : L’ESSENCE MEME DU POWER TRIO.

La chose à souligner justement, est la partition délivrée par RAY LUZIER (KORN) absolument sidérante, derrière ses fûts comme sur le jeu de percussions latines de « vessel of destruction », un batteur hors-norme dont la frappe très complète, ultra-technique, et très groovy semble être le cœur, le moteur, le poumon de la musique du combo américain. Son jeu dithyrambique rappelle parfois un autre géant de l'instrument: DANNY CAREY HIMSELF (TOOL). Il n'y a juste qu’à écouter la toute fin de « vessel of destruction » ainsi que les premières notes du monumental « lightning » pour s’en convaincre. L’un des tout meilleurs batteur/percussionniste actuel avec BAARD KOLSTAD (LEPROUS). Quant à PINNICK, sa prestation vocale est plus en phase avec la musique du groupe désormais, faisant complètement corps avec ses collègues musiciens. Son spectre vocal est plus utilisé et bien mieux, les compositions laissant plus de place à la serpentation de sa voix. Notamment sur les trois superbes morceaux de fin avec le suave psyché de sa voix sur  « shadow lover » au riff très LED ZEPPELINIEN. Lynch y posant un solo époustouflant, plus moderne contrastant à merveille avec une rythmique plus revival. RAY LUZIER insuffle de par son jeu un côté tribal, mystique, et épique à ce sombre, lourd et écrasant plaidoyer. La suite se veut plus joyeuse avec « cold sweats » au riff funky rock abreuvé par des chœurs très heureux dignes des quatre garçons dans le vent (THE BEATLES) tranchant carrément avec le refrain plus dark à la ALICE IN CHAINS. CIRCLE OF DOLLS s’achève sur « the border » tour à tour lancinant, tourmenté, puis alignant une funky sensuelle attitude. KXM fait de CIRCLE OF DOLLS un opus très très réussi, riche avec de somptueuses parties instrumentales au service de refrains particulièrement marquants. Le plaisir, l’excitation, le comble est chaque fois plus important à chaque nouvelle écoute. Ce qui permet à l’auditeur de pouvoir prêter plus attention par la suite à la complexité incroyable du jeu (musical) des musiciens, les détails succulents fourmillant à foison sur ce troisième disque encore plus abouti, créatif que le précédent. La connection de ses trois là est parfaite laissant rêveur...... précision, improvisation et plaisir de jouer ne faisant qu’un. L’essence même du power trio. Note: 9/10. PAPABORDG POUR LOUD TV.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article