Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Tonton Vlad

Chronique nouvel album de NILE "Vile Nilotic Rites"

4 ans se sont écoulés depuis "What Should Not Be Unearthed" et depuis il y a eu du changement au sein de NILE ! En effet le combo de Death Technique Américain  a vu l'arrivée de Brad Parris bassiste chanteur et le guitariste chanteur Brian Kingsland. Alors qu'apporte ces changements de line up ? Est ce un réel renouveau ? Le suivi de la même ligne directrice ? Voyons cela ensemble !

L'intro est très simple, pas de fioriture, en quelques secondes nous découvrons le premier morceau de cet album " The Oxford Handbook of Savage Genocidal Warfare " :  aux premières notes, la production est au rendez vous et 2 studio ont été sollicités pour celle ci, le Serpent Headed Studios de Karl Sanders  pendant que la batterie était enregistrée en Grèce à Athènes plus précisément. Tout est millimétré, rien ne dépasse ! Puissance et technique sont au rendez-vous, dès ce morceau on comprend que le groupe a décidé de ne laisser aucun moment de répit à son auditoire.

NILE reste dans son domaine de prédilection, l’Égypte ancienne car même si avec l'arrivée de nouveaux membres qui ont complètement prit part à la confection de cet opus, une première pour NILE depuis 1998,  Karl Sanders garde tout son intérêt pour l’Égypte et la Mésopotamie, tout en allant puiser dans d'autres moments importants de l'histoire afin de créer des corrélations entre ces périodes et l'aire Égyptienne. Comme d'habitude NILE a véritablement accordé une grande importance à l'écriture des textes et de la musique.

Chronique nouvel album de NILE "Vile Nilotic Rites"

"Seven Horns of War" montre que le groupe peut sortir de sa zone de confort, avec une intro qui pourrait rappeler une musique de péplum. Ce morceau ressemble à une charge guerrière,  8mn ponctuées de chœurs de cuivres et de piano, la prononciation théâtrale d'un pan de texte rend le titre encore plus immersif.

C'est rapide violent précis, le 5ème titre "Snake Pit Mating Frenzy" ne sera pas sans rappeler les premiers albums de NILE avec cependant un coté oriental et un growl aux différentes intonations qui permettent de captiver toute l'attention de l'auditeur.

La production permet de discerner tous les instruments, basse incluse, dans ce style c'est très important sinon le risque est de tomber dans un déluge de décibels parfaitement inaudible, même les solos sont d'une qualité incroyable, malgré cela la violence et la brutalité du groupe sont bien présentes.

Le 8 ème titre " Thus Sayeth the Parasites of the Mind" voit arriver des murmures feminins, les instruments traditionnels et les percussions qui le composent, feront de ce titre l'interlude avant d'entamer les 3 derniers titres de "Vile Nilotic Rites".

"Where Is the Wrathful Sky" avec son intro à la batterie, son solo acoustique et ses percussions prouve que NILE maitrise parfaitement son exercice, une grosse leçon artistique.

L'avant dernier titre " The Imperishable Stars Are Sickened" est à mon sens le morceau qu'il faut écouter afin de prendre toute la mesure du travail effectué sur cet album, il résumera parfaitement "Vile Nilotic Rites".

La précision d'un horloger Suisse, voila ce qui résume parfaitement cet opus car même si la violence est au rendez vous, à aucun moment le groupe ne se laisse déborder par celle-ci. Chaque note, chaque break est d'une justesse implacable. La production de grande qualité ne fait qu'accentuer ce sentiment, l'arrivée des 2 nouveaux membres apporte un véritable plus au combo. NILE est de retour, plus en forme que jamais, avec un très grand ALBUM, un must have !

 

Tonton Vlad

#Death #Metal #Technique #Violence #précision #Brutalité #efficacité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article