Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par PAPABORDG.

CHRONIQUE DE L'ALBUM D'AVATARIUM THE FIRE I LONG FOR : UN SOMBRE GOSPEL !

Après la claque infligée par l’opulente beauté du dernier CANDLEMASS, THE DOOR TO DOOM, sorti fin février 2019 (justement produit de main de maître par MARCUS JIDELL (guitare, AVATARIUM, ex: EVERGREY, ex: SOEN), AVATARIUM conclura cette décennie de la plus belle des manières qui soit, perçant de nouveau le ciel de ses riffs parfois extrêmement sombres et heavy, mais habillés d’une dentelle toujours extrêmement soyeuse, délicate, mélodieuse, presque romantique et onirique.

 

CANDLEMASS et AVATARIUM sont une seule et unique famille où la fraternité et l’entre-aide règne, mais aussi où le talent suinte sur toutes les notes. Et pour cause, AVATARIUM fut originellement fondé par LEIF EDLING (leader de CANDLEMASS) accompagné dans ce magnifique projet par MARCUS JIDELL en 2012. Déjà trois superbes albums proposant une musique basée sur les contrastes clair-obscur, dont le tout dernier et très varié HURRICANES AND HALOS sorti en 2017. Superbe œuvre, mais proposant un AVATARIUM plus classic-rock, très inspiré des premiers DEEP PURPLE. Ce qui ne semble pas être le cas de cette nouvelle galette, bien plus focalisée sur le côté HEAVY/DOOM des suédois.

 

D’autres changements interviennent pour THE FIRE I LONG FOR quatrième rejeton des scandinaves. LEIF EDLING fait toujours parti d’AVATARIUM mais ne s’y impliquant que très peu désormais (à chaque fois un peu moins d’ailleurs), avec seulement la création de trois titres sur neuf, PORCELAIN SKULL, et les deux derniers morceaux du disque, EPITAPH OF HEROES, ainsi que le surprenant STARS THEY MOVE paré d’une aura piano bar des années 30's. Très Intime au reflet jazzy, basé sur le piano. Les six autres titres sont l’œuvre du duo amoureux JENNIE-ANN SMITH (chant)/MARCUS JIDELL (guitare). En somme l’inverse des proportions créatrice de HURRICANES AND HALOS où le couple n’avait écrit que trois titres et LEIF les cinq autres. Pourquoi? On le sait tous, EDLING a longtemps souffert de fatigue chronique, puis il fut de nouveau très occupé par CANDLEMASS en 2019 avec un nouveau skeud, sept ans après le précédent. Mais ce ne sont pas les seules raisons ! AVATARIUM avait réellement le besoin de s’affirmer d’avantage en s’émancipant du génie DOOMMIEN. Les autres membres du groupe gèrent tout de A à Z, interviews, tournées, toujours sans LEIF, il semble donc logique qu’ils s’impliquent de plus en plus dans la composition. Avec THE FIRST I LONG FOR, un nouvel AVATARIUM prit naissance, neuf, frais, et différent mais jamais sans renier son héritage musical. Mais côté line-up, un petit changement est à noter quand même puisque LARS SKÖLD (batterie) a été remplacé par ANDREAS JOHANSSON (batterie), un ami de longue date de MARCUS JIDELL. De plus ils avaient déjà joué et collaboré ensemble dans THE DOOMSDAY KINGDOM. Hélas pour LARS SKÖLD, le cœur n’y était plus malgré cinq ans passées au sein de la formation suédoise. THE FIRE I LONG FOR est composé de neuf chansons (42m2s) dont la thématique traite des questions humaines existentielles (une constance chez AVATARIUM) aussi bien dans les textes, que dans la musique. Ici les pensées se focalisent sur les questions de l’au-delà, sans doute parce que le binôme SMITH/JIDELL connurent des décès familiaux douloureux ces dernières années, comme la mort des parents de JIDELL, malheureusement l’un derrière l’autre, à peu d’intervalle près. La magnifique « great beyond » et ses accents western étaye parfaitement mes propos de façon triste, belle et psychédélique à la fois. N’omettons pas cet artwork énigmatique où trône un grand A celui d’AVATARIUM, cachant à peine un spectre, celui de la réflection du gang de Stockholm? La production portée par MARCUS est parfaite, son travail sur les guitares est tout aussi magistral. Son instrument sonne très DOOM, avec ce grain si épais et gras comme sur aucun autre disque auquel il a déjà participé. On est parfaitement à la page avec les heavy et monstrueux  « voices », « rubicon » (avec STEFAN BERGGREN sur les choeurs), « porcelain skull », ou bien l’incroyable  « epitaph of heroes » avec son break atmosphérique à la SERGIO LEONE. Deux morceaux contrastent avec le reste du disque, la ballade jazzy « stars they move » dont j’ai parlé plus haut, et la romantique (les paroles) «  lay me down » faisant référence à la scène musicale californienne fin des années 60´s. On y retrouve d’ailleurs sur le refrain la voix de LEIF SUNDIN (chanteur suédois qui fut jadis auprès de MICHAEL SCHENKER sur l’album WRITTEN IN THE SAND). AVATARIUM surprend aussi quelque peu sur les sonorités très hard-rock de l’excellent « shake the demon ». On ne peut oublier également la beauté des traits prenant corps sur l’éponyme « the fire i long for » bourré d’émotion. AVATARIUM vient de faire de THE FIRE I LONG FOR une œuvre  imparable, vraiment IMPARABLE. Finalement LEIF EDLING avait vu clair depuis le début, et son léger retrait permet encore mieux de mettre en lumière le talent si considérable de ses partenaires, qui désormais disposent de suffisamment d’espace pour exprimer pleinement tout leur potentiel. Que ce soit CANDLEMASS ou AVATARIUM, tout deux signent deux très grands disques que l’on ne peut ignorer, sous peine de le regretter amèrement par la suite..... L’émancipation fait du bien. Amen. Note: 9/10. PS: Notons également la participation comme d’habitude de MICHAEL BLAIR aux percussions psychédéliques. PAPABORDG POUR LOUD TV.

CHRONIQUE DE L'ALBUM D'AVATARIUM THE FIRE I LONG FOR : UN SOMBRE GOSPEL !

D’autres changements interviennent pour THE FIRE I LONG FOR quatrième rejeton des scandinaves. LEIF EDLING fait toujours parti d’AVATARIUM mais ne s’y impliquant que très peu désormais (à chaque fois un peu moins d’ailleurs), avec seulement la création de trois titres sur neuf, PORCELAIN SKULL, et les deux derniers morceaux du disque, EPITAPH OF HEROES, ainsi que le surprenant STARS THEY MOVE paré d’une aura piano bar des années 30's. Très Intime au reflet jazzy, basé sur le piano. Les six autres titres sont l’œuvre du duo amoureux JENNIE-ANN SMITH (chant)/MARCUS JIDELL (guitare). En somme l’inverse des proportions créatrice de HURRICANES AND HALOS où le couple n’avait écrit que trois titres et LEIF les cinq autres. Pourquoi? On le sait tous, EDLING a longtemps souffert de fatigue chronique, puis il fut de nouveau très occupé par CANDLEMASS en 2019 avec un nouveau skeud, sept ans après le précédent. Mais ce ne sont pas les seules raisons ! AVATARIUM avait réellement le besoin de s’affirmer d’avantage en s’émancipant du génie DOOMMIEN. Les autres membres du groupe gèrent tout de A à Z, interviews, tournées, toujours sans LEIF, il semble donc logique qu’ils s’impliquent de plus en plus dans la composition. Avec THE FIRST I LONG FOR, un nouvel AVATARIUM prit naissance, neuf, frais, et différent mais jamais sans renier son héritage musical. Mais côté line-up, un petit changement est à noter quand même puisque LARS SKÖLD (batterie) a été remplacé par ANDREAS JOHANSSON (batterie), un ami de longue date de MARCUS JIDELL. De plus ils avaient déjà joué et collaboré ensemble dans THE DOOMSDAY KINGDOM. Hélas pour LARS SKÖLD, le cœur n’y était plus malgré cinq ans passées au sein de la formation suédoise. THE FIRE I LONG FOR est composé de neuf chansons (42m2s) dont la thématique traite des questions humaines existentielles (une constance chez AVATARIUM) aussi bien dans les textes, que dans la musique. Ici les pensées se focalisent sur les questions de l’au-delà, sans doute parce que le binôme SMITH/JIDELL connurent des décès familiaux douloureux ces dernières années, comme la mort des parents de JIDELL, malheureusement l’un derrière l’autre, à peu d’intervalle près. La magnifique « great beyond » et ses accents western étaye parfaitement mes propos de façon triste, belle et psychédélique à la fois.

CHRONIQUE DE L'ALBUM D'AVATARIUM THE FIRE I LONG FOR : UN SOMBRE GOSPEL !

N’omettons pas cet artwork énigmatique où trône un grand A, celui d’AVATARIUM, cachant à peine un spectre, celui de la réflection du gang de Stockholm? La production portée par MARCUS est parfaite, son travail sur les guitares est tout aussi magistral. Son instrument sonne très DOOM, avec ce grain si épais et gras comme sur aucun autre disque auquel il a déjà participé. On est parfaitement à la page avec les heavy et monstrueux  « voices », « rubicon » (avec STEFAN BERGGREN sur les choeurs), « porcelain skull », ou bien l’incroyable  « epitaph of heroes » avec son break atmosphérique à la SERGIO LEONE. Deux morceaux contrastent avec le reste du disque, la ballade jazzy « stars they move » dont j’ai parlé plus haut, et la romantique (les paroles) «  lay me down » faisant référence à la scène musicale californienne fin des années 60´s. On y retrouve d’ailleurs sur le refrain la voix de LEIF SUNDIN (chanteur suédois qui fut jadis auprès de MICHAEL SCHENKER sur l’album WRITTEN IN THE SAND). AVATARIUM surprend aussi quelque peu sur les sonorités très hard-rock de l’excellent « shake the demon ».

CHRONIQUE DE L'ALBUM D'AVATARIUM THE FIRE I LONG FOR : UN SOMBRE GOSPEL !

On ne peut oublier également la beauté des traits prenant corps sur l’éponyme « the fire i long for » bourré d’émotion. AVATARIUM vient de faire de THE FIRE I LONG FOR une œuvre  imparable, vraiment IMPARABLE. Finalement LEIF EDLING avait vu clair depuis le début, et son léger retrait permet encore mieux de mettre en lumière le talent si considérable de ses partenaires, qui désormais disposent de suffisamment d’espace pour exprimer pleinement tout leur potentiel. Que ce soit CANDLEMASS où AVATARIUM, tout deux signent deux très grands disques que l’on ne peut ignorer, sous peine de le regretter amèrement par la suite..... L’émancipation fait du bien. Amen. Note: 9/10. PS: Notons également la participation comme d’habitude de MICHAEL BLAIR aux percussions psychédéliques. PAPABORDG POUR LOUD TV.

CHRONIQUE DE L'ALBUM D'AVATARIUM THE FIRE I LONG FOR : UN SOMBRE GOSPEL !