Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par PAPABORDG.

CHRONIQUE DE L'ALBUM DE IN THIS MOMENT MOTHER.

Le monde de la nuit commence à m’envahir me plongeant inexorablement dans un univers dont mes sens sont peu habitués à se délecter, sauf du bout des lèvres comme l’homme qui a soif, mais n’a plus d’autre choix. Heureusement parfois la chose s’avère pétillante et goûteuse. Si particulier, au voyage atmosphérique si poussé, et tellement émotionnel. Une entité atypique, unique et reconnue au service d’une voix spectaculaire et très expressive se nommant MARIA BRINK. Figure de proue de IN THIS MOMENT, elle subjugue les foules par les traits de sa fêlure vocale, son charisme hors-norme et ses prestations scéniques à la dimension hautement théâtrale de plus en plus affirmée. Tout un art reposant sur son talent, sa créativité, bien aidée en cela par son partenaire artistique de toujours, homme providentiel et élément clé des arrangements musicaux, le guitariste CHRIS HOWORTH. Le musicien créant une cathédrale à sa démesure plein d’exubérance, de beauté et de sentiments.

CHRONIQUE DE L'ALBUM DE IN THIS MOMENT MOTHER.

Quinze ans de carrière, avec une démarche artistique qui n’a cessé d’évoluer, aboutissant au succès fulgurant et planétaire de l’étoile couleur sang BLOOD (2012). Un artiste ayant pour objectif le seul dévouement à la chanson unique, ne mettant qu’en orbite la voix stratosphérique de sa diva BRINK pour asservir une foule à chaque fois plus conséquente. Effectivement le groupe californien a aujourd’hui une base solide de fidèles (plutôt aux Etats Unis) qui ne cesse de s’amplifier le temps s’écoulant. RITUAL (2017) n’a fait qu’accentuer la démarche des Américains, et leur marche en avant sur la piste du succès planétaire. Désormais aussi beau visuellement que musicalement, la prêtresse et sa meute de loups l’accompagnant, est prête à profiter de cette belle dynamique pour vous présenter son nouvel enfant: MOTHER.

 

CHRONIQUE DE L'ALBUM DE IN THIS MOMENT MOTHER.

Septième offrande, une extension de RITUAL, mais avec une ligne directrice plus posée, variée, atmosphérique et émotionnelle. MOTHER eut recours une fois de plus à son ingénieur du son, frère de longue date: KEVIN CHURKO (FIVE FINGER DEATH PUNCH, OZZY OSBOURNE), talentueux producteur et co-compositeur de cette nouvelle œuvre. Une production vraiment solide, enregistrée au HIDEOUT RECORDING STUDIO de LAS VEGAS. Un troisième élément très important pour IN THIS MOMENT, KEVIN CHURKO étant indissociable du son du groupe. Pour l’imagerie chère aux californiens, l’artwork est une fois de plus très réussie. Le visuel est très esthétique, très ésotérique, et hautement spirituel, fait de couleurs aussi vives que morbides, sortant de l’imagination de MARIA. Une dominante de rouge et de noir parsemant quatorze titres pour presque une heure de sainte musique (54m26s). Un titre d’album à la forte symbolique, évoquant MARIA BRINK devenue maman célibataire, elle-même élevée seule par sa mère, sans réelle figure paternelle dans son existence, si ce n’est son grand-père. MARIA ayant une connexion assez forte avec la maternité, et tout ce que cela englobe et engendre. Le terme MOTHER s’appliquant aussi à notre planète, notre société, dont le ventre est le point de départ de toute forme de vie.

 

Les aficionados du groupe appelant aussi BRINK comme cela: la mère protectrice de IN THIS MOMENT, ainsi que de la passion qu’ils éprouvent à son égard. Pour ce nouveau disque le processus de composition fut différant de ses prédécesseurs, avec déjà des idées germant dans l’esprit du band, et ce avant même de rejoindre le studio d’enregistrement à LAS VEGAS. La musique de MOTHER s’est quelque peu émancipée de son trinôme omnipotent en faisant appel à d’autres compositeurs, cherchant à se diversifier quelque peu. RANDY WEITZEL (guitare), et TRAVIS JOHNSON (basse) ont tous les deux participé à l’écriture d’une chanson. Quant à « legacy » (portant l’héritage de nos êtres chers qui nous ont quitté), il fut écrit avec quelques talentueux compositeurs dont LA CITE DES ANGES a le secret (LOS ANGELES). MOTHER est un voyage profond et viscéral, débordant d’émotion. Mettant l’accent sur les atmosphères très travaillées, générant une musique de plus en plus visuelle, ce qui se retrouve sur scène avec un développement de l’aspect théâtral des américains. Des guitares un peu plus présentes, plus brutes que sur sur son aîné. MOTHER comportant une reprise magnifique et personnelle du mythique « we will rock you » (QUEEN), un temps fort du disque où MARIA partage son chant avec LZZY HALE (HALESTORM) et TAYLOR MOMSEN (PRETTY RECKLESS). La puissance vocale d’un trio féminin avec comme point culminant le superbe solo de LZZY HALE. Côté participation, on retrouve la voix de JOE COTELA (du groupe DED) sur les sons tournoyants et néo-métal du superbe duo qu’il partage (avec MARIA) sur « hunting grounds » (on pense sur de courts instants à ANATHEMA).

MOTHER, ne fait fit d’aucune faille, il n’est qu’en volcan dont l’irruption sentimentale, vous pétrifie sur place. Comment pourrait-il en être autrement sur le somptueux éponyme « mother », se partageant entre sons trip-hop et pop « sucrée » où la voix de mother prend quelques couleurs légèrement soul. Un sentiment accentué sur « god is she » laissant les murmures d’un refrain prononcé par MARIA, vous emporter dans un voyage surnaturel dont les frissons rappellent un certain DEFTONES. Comme dit précédemment, les guitares dans MOTHER servent toujours à mettre en lumière la beauté d’une chanson et de la voix qui la loue, parfois juste sur quelques notes comme sur le refrain et la fin de l’excellent « holy man » (duo guitare/orgue d’église). MOTHER n’a pas d’équivalence et fait toujours mouche quand son interprète se laisser aller à des interventions plus sensibles qu’elles soient énergiques et fédératrices comme sur « fly like an eagle » ou douces et intimistes comme sur ce titre de fin touché par la grâce « into dust », la voix de MARIA (avec piano) semble traîner, s’étirer comme pour défier le temps qui ne fait que tout balayer.

 

CHRONIQUE DE L'ALBUM DE IN THIS MOMENT MOTHER.

Poussière nous sommes, poussière nous resterons. MOTHER se vit aussi comme une véritable expérience théâtrale avec de petits interludes « the beginning », ou « the red crusade » servant de tremplin atmosphérique à de véritables bombes comme le spatial « the in-between » s’aventurant sur le territoire de la musique industrielle. Un refrain agressif mélangeant chant clair et scream, se rajoutant à des effets vocaux. Chant pop plus doux, côtoyant celui d’un monde plus heavy rugueux. Il est vrai que tout est fait pour permettre au chant de MARIA de s’exprimer à son potentiel le plus haut. Mais il serait injuste de négliger le travail colossal effectué pour élaborer une musique magnifique et captivante, emprunte d’un fort mysticisme pour entourer sa voix et ne faire qu’un. Certaines, certains y adhéreront, d’autres non, peut-être exaspérés par ce trop plein. Mais PAPABORDG en appel à l’ouverture d’esprit du monde du metal pour écouter attentivement ce MOTHER qui ne manque pas d’argument pour vous couper le souffle. IN THIS MOMENT a compris une chose fondamentale dans l’art musical, sans émotions, il n’est rien et n’ira nulle part. 
 
IN THIS MOMENT: MOTHER

LINE-UP:
MARIA BRINK: CHANT
CHRIS HOWORTH: GUITARE, CHŒURS
RANDY WEITZEL: GUITARE
TRAVIS JOHNSON: BASSE

PAPABORDG POUR LOUD TV.

NOTE: 9/10.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article