Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par PAPABORDG.

CHRONIQUE DE MUSHROOMHEAD : A WONDERFUL LIFE

« TOUTE  LA DIVERSITÉ, TOUT LE CHARME, TOUTE LA BEAUTE DE LA VIE EST FAITE D’OMBRE ET DE LUMIERE ». LEON TOLSTOI.

Après un réveil traumatisant, les entrailles encore glacées par les sueurs froides musicales abominablement belles des hollandais de CARACH ANGREN, ma chair et mon esprit furent marqués. Malgré tout je ne pouvais me résoudre à n’être définitivement que l’esclave zombifié du doctor JOHANN CONRAD DIPPEL, et de ce concept horrifique, mais si attractif à mes yeux, qui lui était dédié (FRANCKENSTEINA STRATAEMONTANUS). Malheureusement cette inscription macabre était toujours là sur ce corps paraissant pourtant toujours aussi peu enchaîné, guidé encore et toujours depuis plusieurs décennies par un esprit continuellement en quête de LIBERTES METALLIQUES. Ne pouvant oublier le passé, mais refusant catégoriquement d’y vivre perpétuellement, ma passion me mit comme à chaque fois sur la quête d’un nouvel astre, permettant à l’être sensible que je suis, cette lévitation totale, cherchée par toutes et tous. Un artwork atypique fait de photos souvenirs où les visages semblent effacés et remplacés par ce qui ne reste que du temps qui passent: la mort.

 

L’époque d’une "A WONDERFUL LIFE" portée par un nom très étrange MUSHROOMHEAD (tête de champignon). Bien assez pour éveiller ma curiosité de néophyte. A ma grande surprise, mon avidité démesurée en sensations fortes, fut très vite satisfaite à l’écho (le clip) des premières mesures de « the Heresy » (la version single avec le clip est encore plus prenante), une mélodie magnifique avec voix féminine (duo). A cet instant, j’ai su tout de suite, que l’étincelle était présente et que le grand plongeon dans le flot METALLIQUE des américains était OBLIGATOIRE. D’ailleurs tout comme CARACH ANGREN (l’écoute de ces deux disques, l’un derrière l’autre est à recommander), mon cœur va être encore grandement secoué par ce voyage artistique initiatique, très original, et d’un éclectisme REDOUTABLE. Effectivement MUSHROOMHEAD semble « inclassable », s’inspirant autant du HEAVY METAL, que de la musique EXPERIMENTALE, de la TECHNO, du HIP HOP, du CLASSIQUE, que du METAL INDUSTRIEL. Ils parviennent à créer un univers bien à eux et bien distinct des groupes pouvant leurs ressembler en apparence. En avril 2019, les têtes masqués (les premiers à l’avoir porté, avant même SLIPKNOT, seul GWAR les a précédés) annoncent avoir signé chez l'un des labels les plus influents de la scène métal : NAPALM RECORDS, pour y enregistrer sous ce label leur HUITIÈME album studio : A WONDERFUL LIFE (19 juin 2020).


 

CHRONIQUE DE MUSHROOMHEAD : A WONDERFUL LIFE

Six longues années après son aîné "THE RIGHTEOUS & THE BUTTERFLY" (2013), qui vit d’autres changements chez les Clevenlandais (originaires de CLEVELAND dans l’OHIO) afin de peaufiner au mieux l’opulence des dix-sept titres proposés par "A WONDERFUL LIFE" (quatre bonus pour 70 minutes de musique). La chanteuse JACKIE LAPONZA « Ms Jackie » intègre le groupe à plein temps désormais et apparaît à plusieurs reprises sur le disque (Un régal auditif). "A WONDERFUL LIFE"  marque également la première aventure pour le chanteur STEVE RAUCKHORST et du guitariste TOMMY « Tankx » SHAFFNER, qui ont tous deux rejoint le groupe en 2018. On notera également le retour d’un des membres de longue date du MONSTRUEUX MUSHROOMHEAD, le rappeur-screamer JASON « J MANN » POPSON. Toujours aussi pantagruélique, extravagant, "A WONDERFUL LIFE" contient toujours une touche d’ironie, mais se veut en grande majorité plus sage, cherchant d’abord à nous délivrer une pléthore de hits. Sur ce dernier point, MUSHROOMHEAD se veut particulièrement appliqué et en très grande réussite. La production de MATT WALLACE (FAITH NO MORE, 3 DOORS DOWN) ne fait qu’amplifier son extrême qualité, tant elle est parfaite, puissante et limpide à la fois (très proche des grandes productions des années 90’s). Des arrangements somptueux, des voix d’une grande clarté, et une assise rythmique qui claque comme jamais. Des guitares épaisses à la KORN sous influence gothique, avec quelques touches ici et là, très FAITH NO MORE (« the flood »).

CHRONIQUE DE MUSHROOMHEAD : A WONDERFUL LIFE

"A WONDERFUL LIFE" est intronisé par la grandiloquence des choeurs classiques de « A Requiem for Tomorrow  » contrastant avec les sonorités modernes faites de guitares grasses, d’effets vocaux et de samples electro. Un début de disque plutôt simple, privilégiant une efficacité maximale par un refrain renversant : c'est l'un des points forts de cette nouvelle œuvre. Les mélodies hypers addictives, dansant sur des constructions très accessibles MUSHROOMHEAD pour ceux-ci semble particulièrement inspiré. . La formule des américains reste identique, le jeu HEAVY de nos huit musiciens en équilibre sur le fil d’arrangements d’inspiration gothique, discrets et férocement brillants. Impossible d’y résister, ils vous envahissent pour vous ébranler, vous posséder, le déhanché s’imposant à chaque fois comme sur l’imparable « Seen it All ». MUSHROOMHEAD n’hésitant pas à jouir de la douceur exquise et délicieuse du timbre de velours de JACKIE LAPONZA, leur permettant de s’aventurer sur les terres moins connues de la pop contemporaine, avec un vif succès, comme sur l’envoûtant « The Heresy », le vigoureux, et planant « Pulse » (et sa fin grandiose et marquante), ou l’énergique « Carry On ». "A WONDERFUL LIFE" est un album extrêmement porté sur les mélodies, mais quand MUSHROOMHEAD intensifie ses montées d’adrénaline au sein même du titre, comme sur « The Time Has Come », 11th hour », ou bien sur le riffing de « I Am the One »  (dégageant tous une sombre émotion, rappelant la scène metal progressif scandinave), il n’en est que plus convaincant, même si le groupe cherche essentiellement, avant tout chose, à toujours faire de ce huitième disque, un équilibre artistique parfait entre METAL INDUS, GOTHIQUE, et NEO. MUSHROOMHEAD trouve cette perfection en y atteignant la culminance de son art avec le vibrant « the flood ». "A WONDERFUL LIFE" s’éteint doucement et langoureusement avec la magnifique « Where the End Begins », un feu d’artifice  triste qui s’achève définitivement comme il a commencé sur les crépitements d’une fanfare de chœurs lyriques grandioses avec « Confutatis ». Des éléments classiques (choeurs, piano, cordes) disséminés ici et là, convenant à merveille à l’univers baroque des ricains, apportant dramaturgie, et émotion folle. Pour les plus chanceux, ils pourront profiter d’une splendide édition limitée avec quatre morceaux supplémentaires. En 2020, MUSHROOMHEAD signe un retour tonitruant, sa musique brillant de mille feux. "A WONDERFUL LIFE" est grand, très grand, immense, aussi varié, que beau, aussi intense que tubesque. Une confirmation évidente pour certains, une découverte incroyable pour d’autres (merci à BEN DEBRUN de LOUD TV TEAM). Mais aujourd’hui personne ne peut, ni ne doit passer à côté d’une vie merveilleuse....... (surtout quant elle est proposée par nos têtes de champions). 

MUSHROOMHEAD a sorti son nouvel album, intitulé A WONDERFUL LIFE, le 19 juin 2020 via NAPALM RECORDS.

Le nouvel album a été masterisé par le batteur STEVE «SKINNY » FELTON et mixé par MATT WALLACE, également reconnu pour son travail sur le classique du groupe XIII.

CHRONIQUE DE MUSHROOMHEAD : A WONDERFUL LIFE

LINE-UP:

RICK "ST1TCH" THOMAS: CLAVIERS, PERCUSSIONS, PROGRAMMATION
STEVE « skinny » FELTON: BATTERIE
ROBBIE « Roberto Diablo » GODSAY: PERCUSSIONS
TOM « Tankx » SHAFFNER: GUITARE
RYAN « Dr.F » FARREL: BASSE
JASON « J Mann » POPSON: CHANT
STEVE RAUCKHORST: CHANT
JACKIE « Ms Jackie » LAPONZA: CHANT

TRACKLIST :

01. A Reqiuem For Tomorrow
02. Madness Within
03. Seen It All
04. The Heresy
05. What A Shame
06. Pulse
07. Carry On
08. The Time Has Come
09. 11th Hour
10. I Am The One
11. The Flood
12. Where The End Begins
13. Confutatis

Bonus tracks :

14. To The Front
15. Sound Of Destruction
16. Another Ghost
17. Lacrimosa

PAPABORDG POUR LOUD TV.

Note: 9/10.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article