Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Tonton Vlad

Chronique de l’album de HERUKA « No Sun Dared Pass Our Windows » Le côté obscure de l’Italie.

Aujourd’hui on va parler d’un groupe Italien qui a débuté sa carrière en 2000, à l’époque seulement composé de Adranor (chant/basse, guitare et prog batterie) et de Valdemar (chants/guitare) qui quittera le groupe à la fin de l’année 2001. Le groupe a évolué au fil des années pour enfin stabiliser son line up depuis 2016, le combo est désormais formé de Adranor (guitare), Nekrom (Chant), Moha (Bass) et Nemuri Shi (Batterie). HERUKA en Sanscrit signifie "Buveur de Sang"; ceci désigne le nom d’une catégorie de divinités courroucées dans le Bouddhisme Vajrayana, ils incarnent la félicité et le vide indivisible.

 

Au niveau discographie, en 2000 sort une première démo « Doxa Epicurea », 2005 arrive un EP « Leggenda » s’en suit une longue période d’hibernation puisque le groupe ne reviendra qu’en 2018 avec l’album « Deception’s End », un EP en 2019 « Turning To Dust » et enfin cette année le nouvel album que nous allons vous présenter « No Sun Dared Pass Our Windows ». Cet album est distribué par le label Italien Rude Awakening Records, il est limité à 300 exemplaires physique.

Le mix et le mastering de l’opus ont été fait par Adranor et K. Mega au NWH Studio (Italy)

L'Artwork est l'oeuvre d'un artiste Italien Daniele Paternostro, un artwork où le rouge prédomine, découvrant une chambre d’un asile. La teinte et le dessin offrent un côté malsain illustrant parfaitement la démence de cet opus, puisque les paroles de l’album vont traiter des aspects profonds et inconnus des maladies mentales, à travers le regard d’individus affligés : cela respire la joie et la bonne humeur, n'est ce pas ?

Chronique de l’album de HERUKA « No Sun Dared Pass Our Windows » Le côté obscure de l’Italie.

10 Titres s’enchaineront dans « No Sun Dared Pass Our Windows »

Dès l’intro de « Time Collapse » Le groupe pose les bornes en balançant un titre violent et rapide, la production est parfaite; pas d’instrument surpassant les autres, tout est parfaitement calibré pour que l’auditeur se prenne une rafale de décibels qui le clouera littéralement au mur. Les italiens ne font pas dans la dentelle à part un break qui fait redescendre la pression et tout le reste n’est que violence et rage.

La voix de Nekrom ne fait pas dans le scream suraiguë qui vous fera saigner les tympans, non sa voix est plus rauque le titre « White Coats » en est l’exemple parfait. Une teinte un peu oldschool qui est parfaite pour la musique que distille HERUKA.

Pendant ce temps là, le batteur Nemuri Shi s’évertue à maltraiter ses peaux et c’est certainement au travers de son jeux que le style Black se fait le plus ressentir : vitesse et précision sont les bases de son jeux diablement efficace.

Adranor et Morah ne font pas que dans les riffs incisifs et tranchants car ils savent aussi offrir des moments de calme comme dans « Walking Dead » avec son intro à la basse, le titre « No Sun Dared Pass Our Windows » avec son intro guitare clavier apaisante qui nous permet de respirer avant d’être de nouveau oppressés. Seul l’interlude musical « Unreal Consciousness » saura apaiser toute la rage qui se dégage de l’album d’HERUKA.

« Let No One Be Saved » clôture cet album et c'est d'ailleurs le dernier clip du groupe à visionner ci-dessous.

Vous ne sortirez pas indemne à l’écoute de « No Sun Dared Pass Our Windows », une expérience oppressante mais qu’importe le plaisir est bien là. Une fois de plus nos amis Italiens apportent une pierre à l’édifice du Black Metal en nous offrant un opus aux qualités indéniables.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article