Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par PAPABORDG.

NEMEDIAN CHRONICLES passe alors d’une douce émotion à un POWER METAL puissant et vindicatif

CHRONIQUE DU PREMIER EP DE NEMEDIAN CHRONICLES : UN NOM EMERGE A L’HORIZON!

Aujourd’hui me voilà télétransporté (je suis le dénicheur de talent, mandaté par la main de Dieu) dans une ville à la beauté effarante, faite de demeures teintées d’une couleur allant du rose léger à l’orange soutenu. Du ciel, le spectacle est encore plus beau, la ville rougeoie par sa toiture aux tuiles spécifiques. Rose au levée, rouge à midi et pourpre le soir, la brique anime à chaque heure du jour et au fil des saisons les façades de la ville rose. TOULOUSE me voici !

Après une longue marche à travers cette princesse aux couleurs chatoyantes, le soleil de plomb du sud ouest de la France a déjà fait son effet sur mes lèvres charnues, desséchées sont-elles. La ville est en ébullition, on semble y célébrer l’art de la musique en tout genre, à chaque coin de rue, dans chaque restaurant, chez chaque habitant. Sous mes pas résonne le son puissant des instruments, des choeurs, et des batailles épiques qui me guide vers une taverne où les rayons de l’astre lumineux ne peuvent plus m’atteindre, et où mon appétence sera comblée. Quelle fraîcheur en ce lieu !

CHRONIQUE DU PREMIER EP DE NEMEDIAN CHRONICLES : UN NOM EMERGE A L’HORIZON!

Une serveuse au jolie sourire, aux formes affriolantes vient à moi, que puis-je vous servir mon ami? La spécialité locale sera parfaite pour moi, répondis-je, alors le Tariquet sera parfait pour vous me rétorque t-elle. Face à moi, une petite scène où un groupe local semble répéter ses morceaux (une set-list de quatre titres), derrière lui, un décor magnifique mettant en scène CONAN LE CIMMERIEN (CONAN LE BARBARE) aux prises avec un monstre tentaculaire qui tente d’ingurgiter une jolie nymphe (artwork). Bien au dessus trône en lettres de feu le nom de NEMEDIAN CHRONICLES. Juste le temps de bien s’installer et de se désaltérer, nous voilà plongés dans un noir profond, NEMEDIAN CHRONICLES arrive sur scène sous la clameur de son peuple et de sa ville, cinq cents personnes sont présentes ce soir pour entendre et voir la magie des Toulousains opérer. L’ange lumineux que je suis (j’oublie ma couverture) claque des doigts (ZACH DEAN de MESSORA, tu n’es pas le seul à savoir le faire) et fais apparaître un écran géant au plus haut du plateau, la foule semble médusée, on y voit le groupe commencer à jouer la sublime « born on a battlefield », l’histoire de la naissance de CONAN s’illustre en toile de fond (l’écran). Très beau, épique, avec de magnifiques choeurs faisant danser une centaines de petites lumières crevant alors l’obscurité dans lequel nous étions tous plongés, bercés sommes-nous par ses mélodies si émouvantes (l’intervention d’un violon).

CHRONIQUE DU PREMIER EP DE NEMEDIAN CHRONICLES : UN NOM EMERGE A L’HORIZON!

NEMEDIAN CHRONICLES passe alors d’une douce émotion à un POWER METAL puissant et vindicatif sur « The Thing in the Crypt », et sans ménagement. Leur son POWER ne faisant qu’un avec le film défilant au plus haut, devant nos yeux, retraçant une aventure que CONAN vécut étant jeune. Échappant à une meute de loups, il dut se réfugier dans une crypte, affrontant alors la colère et la cruauté d’un roi squelette diabolique. Mais personne ne peut tuer le mythe. Conan respire toujours et sa gloire est faite pour vivre éternellement. Alors la proie qu’il fût jadis, devient le meilleur chasseur et guerrier d’aujourd’hui et sans doute de l’univers sur le riff magnétique de « monsterslayer » qui retentit comme dans les années folles du hard US des 80’s, rendant la horde de fans des premiers rangs, délurée et perturbatrice (un tas de choses vole au-dessus de nos têtes: gobelets, paquets, sueurs, eau, bière et même une petite culotte).

CHRONIQUE DU PREMIER EP DE NEMEDIAN CHRONICLES : UN NOM EMERGE A L’HORIZON!

NEMEDIAN CHRONICLES nous délivre un hymne sensationnel à la force du glaive du CIMMERIEN, lui donnant force, courage et vigueur pour tailler en pièce les monstres les plus gigantesques et effroyables sortant du séjour des abîmes (séjour des démons). Cependant Le NEMEDIAN CHRONICLES SHOW, malgré sa splendeur doit toucher à sa fin, avec la longue fresque qu’est « The Song of Red Sonja » (8m35s). On peut y voir en image une guerrière sauvageonne du nom de RED SONJA, œuvrant à la même période que notre CONAN LE BARBARE. Rendue invincible par la main d’une déesse (de l’affrontement mortel), lui offrant la science magique du combat. RED SONJA ne s’adonnera corps et âme qu’à celui qui malgré tout parviendra à la vaincre à l’épée.

CHRONIQUE DU PREMIER EP DE NEMEDIAN CHRONICLES : UN NOM EMERGE A L’HORIZON!

Vingt cinq minutes folles et intensives (25m32s) qui voit sortir le sextette de scène épuisé par sa quête du soir, mais sous les applaudissements et hourras frénétiques de son public. Nos six jeunes garçons nous quittent, accompagnés d’une ombre gigantesque aux muscles secs et saillants fendant la foule en deux pour faire place au bijou qu’est NEMEDIAN CHRONICLES.

LINE-UP: 

ALEXANDRE DUFFAU: LEAD VOCALS
GUILLAUME LEFEBVRE: RYTHM GUITAR / MAIN COMPOSER
DAVID ROYER: LEAD GUITAR
JORIS BLANCHARD: KEYBOARDS
FLORIAN JOLY: BASS GUITAR
THIBAULT FAIJAN: DRU

 
Born on a Battlefield    
Thing in the Crypt
   
 
   
Song of Red Sonja
on a Battlefield
   
Thing in the Crypt
   
 
   
Song of Red Sonja

 

 

ARTWORK: MARIO LOPEZ, GRAPHISTE DU GUATEMALA.

CONCEPT: Basé sur les âges HYBORIENS créés par l’écrivain Texan ROBERT HOWARD, ami de HP LOVECRAFT dans les années 30.... C’est l’univers de CONAN LE CIMMERIEN mais aussi de RED SONJA. Les chansons concernent donc CONAN, sauf la dernière et quatrième dédiée à RED SONJA.

PAPABORDG POUR LOUD TV.

NOTE: 8,5/10. Pour les fans absolus du géant allemand BLIND GUARDIAN.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article