Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Emmanuelle Canalda

La nouvelle de la réactivation du "All-Stars Band" BLOOD FROM THE SOUL a été révélée il y a quelques mois et se concrétise enfin avec la sortie de l'album "DSM-5" le 13 novembre 2020, chez Deathwish Records, et d'un single "Debris Of Dreams" disponible depuis le 13 octobre.

 

Reformation du supergroupe BLOOD FROM THE SOUL et un album prometteur pour novembre

L'aventure BLOOD FROM THE SOUL commence début des années 1990, à l'initiative du bassiste de NAPALM DEATH, Shane Embury, qui rallie Lou Koller, le frontman de SICK OF IT ALL. Ils sympathisent lors d'une tournée commune et décident de créer un groupe qui propose une musique différente de leurs projets respectifs.                                               

De cette formation initiale naîtra un seul et unique album en 1993 "To Spite The Gland That Breeds", qu'on peut classer, pour faire court et simple, dans un style "métal indus", mais auquel on peut ajouter les termes de métal expérimental ou encore punk hardcore. L'album est assez "old school" sur une écoute globale avec, et cela n'engage que moi, une pochette pas des plus sexy.

Reformation du supergroupe BLOOD FROM THE SOUL et un album prometteur pour novembreReformation du supergroupe BLOOD FROM THE SOUL et un album prometteur pour novembre

Mais 27 ans plus tard, les braises du projet se ravivent (Shane Embury parle d'hypersommeil), le groupe reprend du service et s'enrichit de trois nouveaux membres : Jacob Bannon de CONVERGE (...) au poste de hurleur, Dirk Verbeuren de MEGADETH (entre autre) à la batterie, et Jesper Liveröd de NASUM (+ BURST) en renfort de basse.

Ces nouveaux apports, notamment au niveau drum, confèrent à cette nouvelle production un style plus hardcore ("imposing power" selon leurs propres mots), conceptuel et moins industriel. Cette puissante énergie se met alors au service d'un propos et d'un contenu singuliers, voire malaisants.                       

Car en fait, que signifie DSM-5 ? Il s'agit de la dernière et cinquième édition du manuel de classification des troubles mentaux, par l'association américaine de psychiatrie ("Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders"). On peut alors, à partir de ce titre plus qu'explicite, comprendre que les thèmes abordés soient quelque peu psychologiques, existentialistes, oscillant entre les turbulences du présent et les incertitudes de l'avenir, et ce, tant du point de vue de l'être humain que de la "meta machine", notamment, pour le titre final "DSM-5", qui donne son nom à l'album et, qui renvoie tout droit à ce cyber artwork esthétique et percutant de la pochette. 

Avec ce single "Debris Of Dreams" que je vous invite à découvrir et qui se "ranke" en quatrième position de l'album, BLOOD FROM THE SOUL plante un décor plein de promesses quant à l'album à venir  ; De cette écoute, on perçoit également une musique mieux produite que pour le précédent album (et pour ma part, quelques relents Killing Jokiens).

En attendant l'hémorragie de l'album le 13 novembre, vous prendrez bien une goutte de "sang de l'âme" ? Ci-dessous, la Lyric Video de "Debris Of Dreams". Métallement vôtre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article