Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Emmanuelle Canalda

Ahhhhh le Portugal ! Son Porto, son Fado, l'écrivain José Saramago, la philosophe Lio (hein ?), son Black Metal légendaire ... Re hein ? Pas encore certes, mais on y vient avec ce désormais incontournable groupe de Black Metal "existentialiste", "cathartique", qu'est GAEREA.

"GAEREA est la quintessence de la catharsis jamais éprouvée dans toute la discographie Black Metal" (Aristote, Source : Loud Tv Interview, nov.2020)

 

GAEREA, "Limbo" (Season Of Mist)

GAEREA, "Limbo" (Season Of Mist)

Loin d'être monothéiste, le petit dernier de GAEREA, "Limbo", m'a poussé cependant à sortir de ma zone de confort (plutôt orientée Death), tant cet album a su venir me chercher, me parler et me cueillir.

Comme son nom l'indique, "Limbo" vous tire vers les limbes, la frontière, selon la mythologie romaine, entre le ciel et l'enfer où errent les âmes qui, bien qu'elles ne soient pas condamnées à l'enfer, sont en outre privées de l'existence éternelle.
Album immersif donc, sombre et torturé, mais qui apporte une certaine lumière sur ces âmes décrépies et perdues, à travers un voyage émotionnel dans un "beautiful passage into the vast Void" selon les propres termes du groupe.

Avant de dresser la bio de GAEREA, découvrez ce "vaste vide" dans le Behemothesque "Null", 2ème titre de cet opus mais le premier que le groupe a sorti pour enclencher la promotion de l'album et pour porter le projet sur scène : "A must have on our Live Setlist for the upcoming shows". 
La guitare, sublime et hypnotique (à partir de 2:22 mn), nous emporte réellement dans un tourbillon, assistée d'une batterie mise très en avant dont j'apprécie particulièrement le jeu et le son tout au long du disque.
Le titre va s'assombrir davantage à partir de 3:43 mn et s'intensifier avec l'appui de voix sacrées qui viennent sublimer le chant qui a la grande qualité de ne pas être mono-expressif.
 

Pour saisir la quintessence du chant "gaerien", il faut évidemment intégrer que le groupe est portugais, et de fait, imprégné viscéralement du genre musical et chant populaire qu'est le Fado.
Cette musique pleurante de douleur et de mélancolie, est très éloignée musicalement de ce qui nous occupe, mais très proche thématiquement du projet de l'album et de toute la production de GAEREA

Formé en 2016, l'énigmatique quintet a déjà connu une ascension fulgurante avec à son actif, un EP éponyme cette même année et un album black, mystérieux et opaque "Unsettling Whispers" sorti en 2018, qui va trouver très vite son public.
Pourquoi énigmatique ? Tout simplement parce qu'on n'a aucune information sur l'identité des membres, ni même sur leur apparence étant donné qu'ils sont cagoulés, un peu à la manière de UADA ou MGLA (on peut d'ailleurs percevoir un peu de ce dernier dans leur musique, notamment dans les riffs).
Ces cagoules symbolisent cette société de masques dans laquelle on vit, dont certains membres qui n'en portent pas ne sont pas, pour autant, plus "lisibles" ou plus "vrais" que ceux qui en porteraient.

Ce choix conceptuel et visuel confère à GAEREA une forte identité esthétique, photogénique même, soutenue par l'utilisation graphique de sceaux de la Goétie (le dictionnaire des noms propres est ton ami), que l'on retrouve sur leurs cagoules et dans tout leur decorum

 

Chronique de l'album "Limbo" de GAEREA : Masterpiece du Black Metal moderne !!
Chronique de l'album "Limbo" de GAEREA : Masterpiece du Black Metal moderne !!

Le groupe est plus ou moins inséré dans une vague de Black Metal "moderne", "existentialiste", "post-black" (mais sans n'avoir jamais recours au chant clair), et rangé à côté de groupes comme HARAKIRI FOR THE SKY, BLAZE OF PERDITION, IMPERIUM DECADENZ...
"Moderne", entre autre, car délaissant les thèmes de haine et de destruction des années 90, ou encore les thèmes stéréotypés du Diable dont regorgent les textes BM.
GAEREA (malgré l'imagerie des sceaux de la Goétie) n'est pas dans l'occultisme mais bien dans l'Humain et dans l'affect.

GAEREA nous adresse donc sa propre signature visuelle et thématique, à nous, ambassadeurs et âmes du Vortex, créatures d'un monde cathartique.

Ce qui peut prouver qu'ils ont réussi là où de nombreux groupes échouent, c'est qu'il est malgré tout difficile de les comparer à d'autres groupes, je me suis plongée et replongée dans des projets analogues sans jamais me convaincre vraiment...(BEHEMOTH, MGLA on l'a dit, et peut-être le groupe français REGARDE LES HOMMES TOMBER).

Avec quelques rares tonalités de DSBM (Depressive Suicidal Black Metal) et une approche parfois lyrique, leur musique transcende le Black Metal traditionnel en une expérience beaucoup plus émotionnelle.
GAEREA signe également là son identité musicale.
 

Chronique de l'album "Limbo" de GAEREA : Masterpiece du Black Metal moderne !!
Chronique de l'album "Limbo" de GAEREA : Masterpiece du Black Metal moderne !!
Chronique de l'album "Limbo" de GAEREA : Masterpiece du Black Metal moderne !!


"Are you ready for the tale of the Fallen Society and the journey to the vast Void, the only good in Life? Let us begin then. In the first hopeless circle, on too great and Undeniable Nothingness." (GAEREA)

Cet opus se compose de 6 titres pour une durée de presque 55 minutes, soit 6 longs morceaux créant un organisme unidimensionnel, dont il faut suivre le cours naturel du début à la fin, comme un récit.

"To Ain", qui signifie "rien" en hébreux, ouvre ce monolithe sonore avec brio. Ce titre de plus de 11 minutes atteint pour moi la perfection. Le vaste vide, le désespoir et la douleur y sont exprimés avec une intense émotion passant par différents degrés de dramatisation. Il nous offre à 5:57 mn un interlude atmosphérique de toute beauté, 2 minutes durant lesquelles on flotte et on tourbillonne avec la guitare dans quelque chose de plus doux et de plus lumineux, pour resombrer à 7:54 mn dans l'angoisse et la noirceur, exprimées par des riffs parfois dissonants, une batterie plus psychotique et un chant torturé.
On mesure dans ce premier titre la profondeur et l'ampleur du projet, ainsi que la qualité qui y est apportée.
Ci-dessous la vidéo officielle de "To Ain", mais sur un tel moment musical, mieux vaut fermer les yeux...
 


"To Ain" est suivi par le sublime et scénique "Null" décrit plus haut, puis par "Glare".
Ce 3ème titre, "Glare", est beaucoup plus agressif, pesant, nous portant dans quelque chose de plus visceral, plus psychiatrique : anxieté, folie, agonie...servies par une batterie des plus matraquantes.
Le chant vectorise le martyre vécu et retranscrit la fureur. Sur ce titre, on a presque l'impression de glisser vers du "Blackened Death".

"Conspiranoïa", un condensé des mots "conspiracy" et "paranoïa", fonctionne en crescendo, avec une entame instrumentale très cérémonielle, s'étoffant de choeurs à 2:48 mn pour sombrer à nouveau dans la démence, l'enfermement mental que décrit le groupe ici : "Conspiranoïa" is much more than just an agonizing and mesmerizing Voyage into the Vortex's own Depths. This is Gaerea being trapped inside its own world. The Martyrs inside Limbo."
Les cris et le chant y sont démoniaques, les riffs agressifs et déchirants, peut-être un des meilleurs morceaux...

"Urge" commence brutalement et se construit sur un rythme effréné, soutenu tout le long du morceau. Ce rythme intensif associé à des riffs plus lourds mêlés de cris et de choeurs graves, donne à "Urge" des airs de Métal Viking et de Death.

Et pour clôturer cet album, GAEREA nous offre avec "Mare" (la mer en latin) un outro "épique" de plus de 13 minutes, ce qui en fait le morceau le plus long de l'album.
Toutes les chansons sur cet opus présentent des variations de tempi remarquables, délivrant une fureur contre-équilibrée par la mélancolie, et "Mare" incarne parfaitement ce procédé.
L'outro se termine sur une pacification, une ambiance musicale enveloppante durant près d'1:30 mn, évoquant une libération de l'esprit, on évitera le terme de "salut" car le propos "gaerien" n'est en rien religieux. 

Structurellement, les chansons n'ont pas de modèle spécifique, elles semblent suivre un fil conducteur qui est l'émotion exprimée.
Mention spéciale à la batterie qui, je l'ai dit, est très présente tout le long de l'album (et encore plus dans "Null" et "Mare") et qui vient sublimer des parties plus Death avec un blast très efficace.
Ci-dessous la vidéo officielle de l'excellent "Conspiranoïa" :
 

"Limbo" nous fait vivre un sombre voyage émotionnel dans le néant, le nihilisme, l'auto-destruction, la folie...une introspection de plus en plus dense, voire claustrophobique.
Cette perdition et cette errance sont exprimées également par l'artwork signé de l'artiste israélien multirécidiviste Eliran Kantor (FLESHGOD APOCALYPSE, HATE ETERNAL, INCANTATION, TESTAMENT...et récemment le "Manifesto" de LOUDBLAST)

"Limbo" est un album "organique" donc et extrêmement mâture.
La composition et la production atteignent des sommets. La composition y est subtile et riche, ce qui permet de saisir de nouveaux détails et d'être encore étonné même après plusieurs écoutes.
Le Black Metal "moderne" trouve dans "Limbo" ses lettres de noblesse.

Loud Tv s'apprête à publier le Top 5 des albums de 2020 de toute la rédac, et...(alerte spoiler !) "Limbo" fait partie de mon Top 5, et par extension, de mon Top Black Metal.
Et ce n'est pas parce que je l'ai chroniqué qu'il fait partie de mon Top 5, mais bien parce qu'il fait partie de mon Top 5 que je l'ai chroniqué (je tiens à cette nuance).
Masterpiece je disais en titre, masterpiece je persiste, signe et appose mon sceau de la Goétie.

"Limbo has definitely taken this world by storm and we see it stealing people's hearts every single day !" (GAEREA).
 

GAEREA : " Limbo" Full album - Lien de Season Of Mist, le seul lien sur YouTube qui ne soit pas tronqué de 2 minutes d'écoute !


Enregistré, mixé et masterisé par Miguel Tereso au studio Demigod Recordings.

Tracklist :

1. To Ain
2. Null
3. Glare
4. Conspiranoïa
5. Urge
6. Mare