Chronique de DEMANDE A LA POUSSIERE : le cratère de Lucifer

Partagez !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Note de la rédaction :
4.5/5
demande à la poussière band

demande à la poussière band

LA POUSSIÈRE NAUSÉABONDE DU MONDE NE DEMANDE QU’À JAILLIR DU GOUFFRE DE LUCIFER.

Sur des terres brûlées, prêt d’un des lacs du CONNEMARA, la poussière nauséabonde du monde s’accumule dangereusement. Un index inquisiteur s’est façonné, pointant sa majesté sur nos agissements et manquements, dans un monde toujours et inlassablement partagé entre QUIETUDE ET HOSTILITE. Planant, au dessus de nos énergies, la poussière au « Léger Goût De Soufre » ne cherche qu’à être expulsée du gouffre de l’homme au 666 Péchés.

Une bouche béante où DEMANDE A LA POUSSIERE s’était mis à dormir sereinement sur les braises les plus ardentes d’un premier périple éponyme (DEMANDE A LA POUSSIERE en 2018) où les flammes de l’enfer avaient tout éradiqué. Mais aujourd’hui, la bête est de nouveau vivace. A dire vrai, ses grands yeux lumineux, d’un ROUGE aussi vif que les nuits les plus polaires, pétrissent huit chemins terrifiants, tortueux, mais si hiératiques.

QUIETUDE HOSTILE va donc cracher toute sa colère sur les âmes égarées, perdues entre bien et mal, cherchant sous un blizzard profond leur chemin. Quelques accords de guitare lancinants, nous guident à travers le paquebot de la vie, le FRANCE de DEMANDE À LA POUSSIÈRE.

UN VOYAGE EXTRAORDINAIRE

Une pierre angulaire s’y trouve, « Perdu », extraordinaire voyage qui lui ne nous quittera jamais. Débutant comme un long instrumental amené par des choeurs de louanges exaltants tout d’abord, planants, puis bien secondés par des guitares plus saignantes. La contre-basse claque ses cordes, les mots parlent, le temps se fige un instant dans les ténèbres. Non, MARIE-JEANNE (texte narré), il n’est pas difficile pour moi, l’écrivain du pauvre, de poser des termes élogieux sur un tel monde de perfections. A EN MOURIR DE PLAISIR en plus et surtout. De ce qui après la colère donne l’espoir d’entrevoir un jour la lumière du PARADISE.

Comme un nouveau VERDUN déclaré, la MARCHE EN AVANT des hommes terreux et poussiéreux se poursuit avec un éponyme (« Quiétude Hostile ») sortant d’outre tombe. Toujours avec ce soin très méticuleux, presque obsessionnel, apporté à l’introduction fatale, qui terrasse d’entrée son opposant (faisant de DEMANDE À LA POUSSIÈRE, UNE ENTITÉ UNIQUE).

Celle qui se présente à nous, une mort lourde comme une pierre tombale, rugissant de l’intérieur, laissant la rage montée sur des riffs gras et pachydermiques. La section rythmique est de fait toujours OMNIPOTENTE (aussi bien techniquement, que dans le son, les effets et la production). Cela permet en outre les errances vocales complètement habitées et terrifiantes de DENHEZ (une prestation juste PHÉNOMÉNALE) sur une pérégrination atmosphérique désarticulée et diabolique.

LA B.O D’UN FILM D’HORREUR

Une scène de film au scénario horrifique (ce n’est pas LE CINEMA D’AUDIARD), où les êtres immondes des abîmes se réveillent, nous plongeant toujours un peu plus dans une QUIETUDE HOSTILE.

Pourtant encore VIVANT, JE VOLE. Occlusion fictive, où mort je ne suis pas, les morphèmes sont là pour me maintenir en vie (paroles). J’en profite pour m’enfiévrer d’un DELIRE D’AMOUR de BLACK METAL (pas que) aux premières notes généreusement hypnotiques et mélodiques sur « Morphème ».

Où cette ombre croissant dans l’esprit, nous rend addicts à la terne réalité de la vie. Dépression, détresse venant à bout d’une lutte intérieure sans espoir. Un PUTAIN DE TEMPS, où la justice de l’homme repassera sans doute un jour où l’autre par la justice de l’échafaud.

demande à la poussière

demande à la poussière

Un « Bois De Justice » dont les paroles, traitent de la peine capitale, de l’homme dans le couloir de la mort, attendant le châtiment ultime de l’humanité. Une dernière cigarette en bouche, une liqueur pour lui réchauffer le cœur et la gorge nouée par la peur. Il ne lui reste que pour son seul courage, les mots de DEMANDE A LA POUSSIERE. La puissance de sa musique, ses accélérations soudaines qu’il se remémore, tout EN CHANTANT. La tête séparée du corps. En une seconde, une vie a été tranchée.

Après la fin, l’errance dans l’au-delà, une descente dans les enfers sans destination finale, un trou sans fonds. Des accords acoustiques, des grincements de dents, et des cris hystériques sur des toms cathartiques inaugurant « L’Oubli Du Contrasté ».

UNE ERUPTION VOLCANIQUE

Une fois de plus, nos musiciens nous gratifient ensuite d’une éruption volcanique, superbement canalisée par un passage ambiant (quelle batterie), de toute beauté (OPETH n’est pas loin), aux différentes phases. On peut y percevoir même sur la fin des sons zens, qui pourraient rappeler de lointaines contrées ASIATIQUES. Une aliénation qui reprendra de plus bel par la suite.

D’ailleurs, je ne peux m’empêcher de trembler à l’idée de voir approcher les fantômes de « Expiravit », trainant leurs longues traînes flottantes au vent. Mais je ne me résoudrai jamais à être eux, mort comme vivant. Être terne et désastreux ne peut me combler. Nous devons affronter nos démons intérieurs. QU’ILS APPROCHENT LES « GHOST », QU’ILS APPROCHENT LES « GHOST », QU’ILS APPROCHENT LES « GHOST ».

Un ROI BARBARE est né, grandi, prend force et vigueur. Évidemment, pas de ceux faits pour squatter les BALS POPULAIRES mais pour montrer au monde du METAL MONDIAL que la FRANCE est une nation forte. Une place de choix pour l’originalité, et la différence. De celle qui marque notre musique, définitivement.

CONCLUSION

DEMANDE A LA POUSSIERE fait partie de ce genre d’entité unique, composée d’artistes complets, aguerris, capables de se dépasser à tout point de vu. Des ARTISTES jusqu’au bout des notes, des mots et des sons, dont L’AVENIR SEMBLE TOUT TRACE. Ce sang sacré qui coule juste dans les veines des plus grands…..

MEMEMTO, HOMO, QUIA PULVIS ES, ET IN PULVEREM REVERTERIS.

demande à la poussière artwork

demande à la poussière artwork

LINE-UP:

CHRISTOPHE « KRYS » DENHEZ: CHANT, GUITARE, LYRICS
EDGARD CHEVALLIER: GUITARE
NEIL LEVEUGLE: BASSE
VINCENT BAGLIN: BATTERIE

DIMA de WHITE WARD (groupe ukrainien), joue du SAXOPHONE sur « Expiravit ».
JIU GEBENHOLTZ de SUPA CHILL (ex-No Return) joue de la CONTRE-BASSE sur « Perdu ».

CHRISTOPHE « KRYS » DENHEZ a fait des choeurs en superposant plusieurs prises de chant clair. Ce qui donne cet effet chorale parfois comme sur le MONSTRUEUX titre « perdu ». Sa prestation vocale sur QUIETUDE HOSTILE est juste EPOUSTOUFLANTE. Et penchez-vous sur les paroles qui décrie son monde et celui de DEMANDE A LA POUSSIERE. C’est quelque chose, et en plus en français !

Des DRONES D’AMBIANCE (conçu, parfois au SYNTHÉTISEUR, avec des effets dessus) sont utilisés sur toute l’œuvre comme sur « Léger Goût De Soufre ». Les CLAVIERS dévoile en effet une toile sonore très intéressante, étoffant le son et l’ambiance globale de QUIETUDE HOSTILE.

TRACKLIST de QUIETUDE HOSTILE (52 minutes)

01. Léger Goût De Soufre
02. Morphème
03. Éréthisme
04. Quiétude Hostile
05. Perdu
06. Bois De Justice
07. L’Oubli Du Contrasté
08. Expiravit

DISCOGRAPHIE:

2018: Demande à la Poussière
2021: QUIETUDE HOSTILE

PRODUCTION:

Un second disque produit par le guitariste EDGARD CHEVALLIER et enregistré au LOWER TONE PLACE STUDIO.

CONCEPT:

QUIETUDE HOSTILE veut conceptuellement dépeindre une dépression latente inhérente à la vie moderne. Chris Denhez raconte la dichotomie constante entre l’apparence du quotidien et un soi profond qui serait toujours attiré par l’abîme.

PHOTO:

ALEXANDRE LE MOUROUX

VIDEO:

JAKUB MOTH (CHARIOT OF BLACK MOTH)

ARTWORK:

Une œuvre à l’être humain hostile et inquiétant signée de la main de maître d’AURELIE RAIDRON.

GROUPE:

De la noirceur. De la lassitude. Un horizon gris au-delà duquel plus personne n’arrive à voir des lendemains qui chantent. DEMANDE A LA POUSSIÈRE, c’est en effet la bande-son de cette lente dépression qui nous colle à la peau, chaque jour. Créé en 2017 par des membres de OPHE, THE GREAT OLD ONES, SPECTACLE, OMRADE ET WÜRM, DEMANDE A LA POUSSIÈRE, s’exprime dans une musique à la croisée du BLACK, du DOOM et du SLUDGE.

Avec un chant en français et ce nom en référence à JOHN FANTE***, la formation parisienne traîne l’oreille vers des émotions ternes ainsi qu’aux notes acides complétées de quelques accents mélodiques. On en retient des sonorités primitives et terreuses au détour desquelles l’oreille peut, parfois, entrevoir quelques rares éclats de lumière surgissant de l’obscurité. La chose prenant forme, tout d’abord, par un premier album éponyme en 2018 et désormais avec QUIETUDE HOSTILE, à paraître le 26 Mars 2021 chez MY KINGDOM MUSIC.

***DEMANDE A LA POUSSIÈRE (titre original : ASK THE DUST) est un roman semi-autobiographique américain de JOHN FANTE, publié en 1939.
C’est de loin le plus populaire des romans de JOHN FANTE. Semi-autobiographique, DEMANDE A LA POUSSIÈRE est par ailleurs le deuxième livre de ce qui est désormais appelé « la saga d’Arturo Bandini » ou « le quatuor Bandini ».

SORTIE/LABEL:

Le groupe de BLACKENED SLUDGE français DEMANDE À LA POUSSIERE sortira donc son nouvel album, intitulé QUIETUDE HOSTILE, le 26 mars 2021 via MY KINGDOM MUSIC.

NOTE: 4,5/5

DEMANDE A LA POUSSIERE est un groupe très singulier. Cependant, une influence semble marquer le sceau de leur musique atypique : NEUROSIS (et dans une moindre mesure, AMENRA). La force et le génie artistique très sombre et dépressif des français (pour la musique surtout) fera écho au SHINING suédois et de son créateur NIKLAS “Kvarforth” OLSSON.

PAPABORDG POUR LOUD TV.

PS: j’ai inséré à de nombreuses reprises dans ma chronique, des titres références de MICHEL SARDOU puisque MONSIEUR DENHEZ est fan (tout comme moi d’ailleurs). Ceux-ci sont signifiés en caractère gras.

 

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Comments are closed.