CHRONIQUE DU NOUVEL ALBUM D’ECLIPSE : SATURDAY NIGHT FEVER

Partagez !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Note de la rédaction :
4/5
Le band suédois nous donne son cœur.

Le band suédois nous donne son cœur.

« LA MUSIQUE NOUS AIDE A CONSTRUIRE NOS VIES SPIRITUELLES, NOUS APAISE, NOUS CONSOLE, NOUS REDONNE DE LA JOIE, NOUS REND ALLEGRE, NOUS FAIT DANSER, CHANTER. » ERIC-EMMANUEL SCHMITT.

UNTIL THE END OF THE NIGHT

 

FEMME GLAMOUR, SUIS-JE!

Coiffé-décoiffé très travaillé, bouche rouge intense, yeux très noirs, femme glamour suis-je! Courbes sexy, moulées dans une mini- jupe sur talons aiguilles se déhanchent, portant des fesses, des plus arrondies. Mon corps sensuel et alléchant pousse les portes de STOCKHOLM, à la découverte de LA TOTALE ALLEGRESSE, chez ECLIPSE, club le plus branché de la capitale suédoise.

Chaque soirée est un enivrement de sexe, paillettes, lasers et pure énergie classieuse HARD ROCK N’ ROLL. Mon invitation en poche, me voici pour le soir du lancement de WIRED. J’y appose un baiser, laissant trace de mes lèvres charnues sur le papier, avant de le présenter à l’entrée, telle une caresse sur la joue virile du vigile.

Le mot de passe est lancé, exultons, dansons frénétiquement, jusqu’au bout de la nuit. Un ECLIPSE chargé à bloc d’encens de GLOIRE, AMOUR, et BEAUTE. Petit clin d’œil à gauche puis à droite, la folasse que je suis veut de l’excitation. Et WIRED va faire en sorte de me libérer de tout, pendant toute une nuit.

Dans une ambiance mouillée jusqu’au plafond, nos cinq scandinaves chéris, nous cueillent les sens par un jet de roses et de sifflets sexy, avec « Roses On Your Grave », grandement efficace mais pas non plus totalement libérateur, tout comme son suiveur « Dying Breed ».

MON SATURDAY NIGHT

Mon SATURDAY NIGHT ne sera lancé qu’à partir de « Saturday Night (Hallelujah) », dans un HALLELUJAH orgastique. La foule s’agite, les corps s’expriment, se frôlent, puis se frottent sous l’adrénaline d’un refrain tubesque et purement festif. Entraînant, certaines ou certains peu vêtus, à en perdre tout sens de la dignité.

L’atmosphère ne fait que s’amplifier avec le GENIAL « Run For Cover », électrifiant complètement l’assemblée sur des sons celtes enchanteurs, tout aussi addictifs, jouissifs, qu’émotionnels. Évoquant en chacun de nous, des sentiments très profonds et de haute volé, ramenant, larme à l’œil, à la nostalgie du regretté et tant aimé: GARY MOORE**. Ne pas penser à l’icône irlandais serait pêché pour nous tous.

Mais les quelques brèves respirations sont salutaires dans la construction de ce sublime morceau. Mises au profit de notre quartette préféré, elles nous prouvent (si cela est encore à faire), le potentiel énorme du band, à composer et interpréter des standards du style. Une interprétation tout aussi fantastique, qu’exaltante, où les guitares y sont incisives et percutantes, bien relayées par la performance vocale de ERIK MARTENSSON, de tout premier ordre.

MAIS JE NE SERAI PAS LA FEMME QUE JE SUIS…

Mais, je ne serai pas la femme que je suis, sans un réel besoin de communion, d’amour et de grâce. Le moment TOMBE A PIC, un noir complet s’installe, l’ECLIPSE parfaite et totale des scandinaves, nous invite à découvrir la magnificence de « Carved In Stone ». Une introduction gorgée de lumière et de passion en osmose complet avec les éléments, qui nous détache de la réalité pour nous emmener au cœur du ciel et de ses nuages. Une ballade qui fend le noir d’une myriade de lumières artificiels, puis qui s’envole dans des sons bien plus explosifs. Un grand moment où tout semble être figé.

Parfois crépusculaire, mais presque toujours dans l’allégresse.

Parfois crépusculaire, mais presque toujours dans l’allégresse.

Mais ECLIPSE avec WIRED a le don de nous faire rebondir toujours sur d’autres sphères. Celles-ci toujours étoilées mais parfois plus crépusculaires, comme sur le saignant et tubesque « Twilight ». Dans la folle nuit du club ECLIPSE, l’euphorie reprend alors ses droits. Laissant des corps dans la plus pure agitation du style délivré par les suédois. Une débauche d’énergie tout aussi visible sur scène avec la voix perçante de MARTENSSON qui s’élance de toutes ses forces sur un air classique de LUDWIG VAN BEETHOVEEN, comme dans la plus pure tradition des fêtes de noël.

Objets volants non identifiés en tout genre survolent alors la foule, dont mon bien le plus personnel. La sublime « Poison Inside My Heart », ne fera que nous amener vers le chemin de l’hystérie complète. Notamment sur la montée crescendo du titre et de cette envolée suprême chant/ lead guitare.

MAIS LE COUP DE GRACE N’EST PAS DONNE

Mais le coup de grâce n’est pas donné. ECLIPSE nous l’assène avec le HEAVY « Bite The Bullet ». Surpuissant, et super accrocheur, un tempo menait tambour battant par la batterie guerrière de PHILIP CRUSNER (qui forme un tandem de choc avec son frère). ECLIPSE y délivre un pont atmosphérique de toute beauté, où ça groove sa race, où les guitares y sont intenables et LEONNIENNES (SERGIO LEONE). Des grattes très remuantes, et très mélodiques, à l’unisson avec des choeurs d’opéra.

Presque aussi bon qu’une partie de jambes en l’air, pour la femme que je suis. Tout comme les deux premiers titres, les trois derniers sont tout aussi excellents mais sans atteindre l’envergure exceptionnels de ceux dont j’ai laissé mon souvenir ici même pour LOUD TV.

LA FEMME QUE JE SUIS EST DEAD

La femme que je suis est dead. Les cheveux en bataille, le Rimmel qui pleure, les talons aiguilles à plat, remplacé par une paire de baskets jaune où un puma trône, je respire… Mais ne quitte pas le club pour autant, car une autre nuit me tend sans doute les bras, celle de l’ivresse corporelle.

LINE-UP:

ERIK MARTENSSON: CHANT, GUITARE
MAGNUS HENRIKSSON: GUITARE
PHILIP CRUSNER: BATTERIE (2012-aujourd’hui)
VICTOR CRUSNER :BASSE (2012-aujourd’hui]
** RUN FOR COVER est le cinquième album studio solo du guitariste irlandais GARY MOORE, sorti en 1985. Il est souvent considéré comme son album révolutionnaire. Cependant ECLIPSE s’inspire aussi un peu de son monument (pour moi) et successeur WILD FRONTIER, lui sorti en 1987.
Line-Up complémentaire et de grande qualité.

Line-Up complémentaire et de grande qualité.

TRACKLISTS: (41m10s)

CD / MC

Roses On Your Grave
Dying Breed
Saturday Night (Hallelujah)
Run For Cover
Carved In Stone
Twilight
Poison Inside My Heart
Bite The Bullet
We Didn’t Come To Lose
Things We Love
Dead Inside (CD and Digital Exclusive Bonus Track)

LP

Saturday Night (Hallelujah)
Twilight
Ain’t No Fun (Vinyl Exclusive Bonus Track)
Dying Breed
Carved In Stone
Things We Love
Roses On Your Grave
Run For Cover
Poison Inside My Heart
We Didn’t Come To Lose
Bite The Bullet

DISCOGRAPHIE:

  • The Truth and Little More (2001)
  • Second to None (2004)
  • Are You Ready to Rock (2008)
  • Bleed and Scream (2012)
  • Armageddonize (2015)
  • Monumentum (2017)
  • Paradigm (2019)
  • Viva La VicTOURia (Live, 2020)
  • WIRED (2021)

ARTWORK:

Artwork de WIRED.

Artwork de WIRED.

SORTIE/LABEL:

Le groupe de hard rock suédois ECLIPSE sortira son nouvel album, intitulé WIRED, le 8 octobre 2021 via FRONTIERS MUSIC SRL.

Le nouvel opus succède à PARADIGM paru en 2019.

FORMAT:
– CD (Jewel Case)

LIMITED EDITION COLORED LP (CRYSTAL) WITH EXCLUSIVE UNRELEASED BONUS TRACK:
LP (180g Gatefold, color Crystal)

LIMITED EDITION COLORED LP (TRANSPARENT RED) WITH EXCLUSIVE UNRELEASED BONUS TRACK – Exclusive for Nordics and Frontiers Shops:

LIMITED EDITION Exclusive for Nordics and Frontiers Shops:
– MUSICASSETTE

ECLIPSE.

ECLIPSE.

PAPABORDG POUR LOUD TV.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Comments are closed.