BILLY HOWERDEL : EVASION ET CONTEMPLATION

Partagez !

Note de la rédaction :
5/5
BILLY HOWERDEL
BILLY HOWERDEL
LE HASARD N’EXITE PAS, ET TU ES SUR MON CHEMIN POUR UNE DES DEUX RAISONS SUIVANTES : SOIT TU ES UNE LEÇON, SOIT TU ES UNE BÉNÉDICTION.

DESTINÉE

Visage d’aujourd’hui, encore caché derrière un emblème rappelant fortement d’autres souvenirs plus anciens au goût fameux (NINE INCH NAILS). Mais lumière déjà sortie (il y a plus de deux décennies avec l’exceptionnel MER DE NOM sorti le 23 mai 2000) des barreaux d’une ombre persistante dans laquelle elle semblait pourtant ne pouvoir jamais éclore.

Une bénédiction venant de l’implication d’une créature hybride (BILLY travaillait en tant qu’ingénieur du son et technicien guitare dans TOOL) qui permit aux traits voilés d’ici-bas d’accéder enfin à une forme jouissive de complémentarité, maturité, reconnaissance et extase musicale.

A PERFECT CIRCLE

A PERFECT CIRCLE
A PERFECT CIRCLE

Ainsi fut crée A PERFECT CIRCLE, et BILLY HOWERDEL fut enfin révélé aux yeux du monde. Partageant sa foi d’être spirituel et artistique avec l’iroquois sautillant à la voix shamanique (MAYNARD JAMES KEENAN). Brisant définitivement, le mépris de l’anonymat envers l’incontestable talent d’autrui.

Signe divin qui vit toujours cette main tendue (de MAYNARD), proposer à BILLY de partager aussi le chant avec lui sur eMOTIVE (02 novembre 2004). Convictions personnelles (pour KEENAN) qui furent les fondements de la création du projet solo ASHES DIVIDE.

ASHES DIVIDE

Une première œuvre de ce nouveau projet vit le jour en 2008. Puis certaines compositions crées dès 2009 servirent de canevas au superbe EAT THE ELEPHANT (2018) de A PERFECT CIRCLE. Ainsi la sortie du deuxième opus fut régulièrement repoussée.

Le temps passant, les compositions qui ne furent pas utilisées évoluèrent peu à peu vers d’autres sphères aux sonorités plus intimistes. Personnalité musicale, qui ne correspondait plus vraiment à ASHES DIVIDE. Conscient de cet état de fait et sûr d’être au plus proche de son ADN musical, et de ses amours de jeunesse, BILLY HOWERDEL décida alors de publier ce disque en tant que premier effort solo.

Il prit soin auparavant de ne pas faire sonner ASHES DIVIDE, comme un simple ersatz du monument qu’est A PERFECT CIRCLE. Mais sans forcément trop s’éloigner de sa source d’inspiration. Un ASHE DIVIDE plus musculeux, aux tempi plus enlevés. Cependant moins dramaturge que l’est son aîné au cercle parfait.

LES JEUNES ANNÉES PUBÈRES DU MUSICIEN

Le blanc immaculé d’un génie en état de grâce
Le blanc immaculé d’un génie en état de grâce

Mais les actes établis ici, vibrent encore différemment. Car WHAT NORMAL WAS est engendré par une autre matrice, celle forgée dans les jeunes années pubères du musicien, en filiation avec le rock synthétique des années 80 (DEPECHE MODE, THE CURE).

Effectivement aux premières sensibilités de « Selfish Heart » BILLY revendique son héritage avec un bel hommage au DEPECHE MODE des premières lueurs. Et même sa voix se prête au jeu du mimétisme avec l’organe vocal du légendaire DAVE GAHAN (DEPECHE MODE).

Une première introspection belle et armée, déjà prête à la vocation enivrante, même si elle manque peut-être encore de profondeur. Néanmoins dans l’instant d’après, WHAT NORMAL WAS, densifie déjà sa matière organique et sa moelle substantielle NEW HAVE, ornée de sons synthétiques et de guitares nébuleuses. Boîte à rythmes menant à de foudroyantes accroches mélodiques, tout en se lovant dans la singularité d’écriture si émouvante de BILLY HOWERDEL.

DEPECHE MODE, THE CURE

Alors, les sons naissant se fendent de nouvelles couleurs, et atmosphères jubilatoires et mystérieuses. Synthé se posant en roi sur l’hymnique « Free And Weightless » dessinant une nouvelle fois l’appétence naturelle du musicien à œuvrer vers des terres déjà conquises par les anglais THE CURE (quintette) et DEPECHE MODE (évoluant aujourd’hui en trio).

Cependant il met également en exergue la confiance et l’audace engendrées pendant toutes ces années sur le plan vocal. Energique tout en étant délicate et nuancée, prestation vocale qui n’a jamais été aussi dominante au sein de compositions dont les frémissements restent pourtant toujours aussi uniques et originaux.

WHAT NORMAL WAS

"<yoastmark

Une offrande animée par les traits d’’expression d’un fan synthpop lugubre qui arrive à extirper la quintessence même du mouvement au profit de son unicité personnelle.

ANI

Et sans anicroche, « Ani » est conquête (de légères manifestations vocales féminines) par son darkwave d’une beauté aveuglante, hit clubesque qui fait résolument danser les corps et les cœurs dans ses mouvements les plus mélodiques jusqu’au bout de la nuit. Mais envoûte aussi les âmes de son chant plus lourd, et les embarque au sein d’un déferlement de vagues glauques synthétiques. Là où quelques échos féminins, sommairement hystériques résonnent.

L’exaltation est tout aussi vivace sur, « Beautiful Mistake » qui s’épanouie à concevoir une atmosphère vaporeuse. Laissant l’expression de ces notes de guitare jouer ses accords marquants au cœur de claviers aériens, puis pour les dissoudre dans des nappes de brouillard shoegaze.

WHAT NORMAL WAS agit sournoisement, parce qu’il n’est pas metal, et qu’il ne sera certainement pas apprécier de prime abord par ceux aimant les consonances du style avec A PERFECT CIRCLE. Mais, même si son lien de parenté avec son illustre aîné n’est pas immédiat, il est pourtant réel et perceptible le temps d’écoutes plus attentives.

BAISER SENSUEL ET CHARNEL

BILLY HOWERDEL
BILLY HOWERDEL

Baiser sensuel et charnel, « Poison Flowers » empoisonne lentement les songes les plus chastes. Cultivant son mysticisme, il perfore les entrailles de la terre par sa ligne de basse et pas à pas muscle ses guitares suivant une lente montée progressive qui n’aurait pas déplu à A PERFECT CIRCLE.

Les similitudes sont certaines et se manifestent de façon plus pressante dans l’empreinte tubesque laissée par la fraîcheur d’un « follower » (au refrain très THE CURE). Ou dans le souffle ambiant à la température contrastée de « Bring Honor Back Home » et de certaines de ses parties vocales à la troublante similitude avec la voix hypnotique de MAYNARD JAMES KEENAN.

EXP

La nature irréelle, rêveuse, et contemplative de ce bijou qu’est WHAT NORMAL WAS atteint son apogée dans « EXP », enlaçant différents gréaux vocaux (voix de BILLY, chant féminin et chœurs féminin). Laissant l’auditeur s’évader sur les émanations du monde, mysticisme gothico-tribal s’éclipsant sur l’euphorie final, « Stars ».

Morceau composé en 2009 et interprété déjà sur scène par ASHES DIVIDE. Flanqué d’un émouvant refrain, il conclut sur des arrangements inhabituels. Fin pleine de grâce (chant féminin), aussi surprenante que radieuse, édifiant un soleil intense à une œuvre jusqu’à présent sombre et farouche.

EVASION ET CONTEMPLATION

EVASION ET CONTEMPLATION relatées au sein d’une beauté inégalable. Une œuvre pourtant plus éthérée, plus pop, plus soft mais ayant trouvé ce petit quelque chose de magique et très marquant relevant d’une sensibilité à part, de celle d’icônes GÉNIAUX et peu COMMUNS.

Evasion et contemplation
Evasion et contemplation

MAGIQUE.

THIS IS THE END BEAUTIFUL FRIEND, THIS IS THE END…

TRACKLIST : (42 min 06s)

01. Selfish Heart
02. Free And Weightless
03. Ani
04. Beautiful Mistake
05. The Same Again
06. Poison Flowers
07. Follower
08. Bring Honor Back Home
09. EXP
10. Stars

BILLY HOWERDEL n’a invité qu’un autre musicien à ce partage sombre et funeste : le batteur JOSH FREESE (déjà vu chez A PERFECT CIRCLE, NINE INCH NAILS, ROB ZOMBIE…). Quant à la guitare basse, elle est, certainement l’élément moteur du disque.

ARTWORK :

Graphique ce premier effort solo
Graphique ce premier effort solo

TOURNÉE :

"Dates

SORTIE/LABEL :

L’album WHAT NORMAL WAS est sorti le 10 juin via ALCHEMY RECORDINGS, RISE RECORDS et BMG.

LIEN FACEBOOK DE L’ARTISTE :

https://www.facebook.com/billyhowerdelmusic/

CHRONIQUE DU TOUT DERNIER ALBUM DE A PERFECT CIRCLE EAT THE ELEPHANT :

https://www.amazon.fr/gp/customer-reviews/R3G1HHOYZYGQE2/ref=cm_cr_getr_d_rvw_ttl?ie=UTF8&ASIN=B07CVDQJ3S

CHRONIQUE DE LA TOUTE DERNIERE OEUVRE DE TOOL :

https://www.loudtv.net/chroniques/chronique-du-nouvel-album-de-tool-le-plus-grand-groupe-de-metal-progressif-de-tous-les-temps/

CHRONIQUE DU TOUT DERNIER ALBUM EXTRAORDINAIRE DE PUSCIFER :

https://www.loudtv.net/chroniques/chronique-du-nouvel-album-de-puscifer-avec-maynard-de-tool-i-want-to-believe/

PAPABORDG POUR LOUD TV.

Partager cet article

Comments are closed.